Les Protecteurs du Pacte Secret

L'antre mystérieuse des chasseurs du Trésor...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les pierres célestes

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Nienna
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 538
Age : 33
Localisation : Saralindë, Nivalis
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Les pierres célestes   Lun 26 Fév - 22:05

Enadijd d'Aryalc a écrit:

Prologue aux pierres célestes

Depuis toujours, les autres signes du Zodiaque courtisaient sans arrêt la Vierge, lui envoyant lettres, cadeaux et poèmes de toutes sortes. Mais celle-ci restait insensible à toutes ses déclarations et ne sortait même plus de son temple en haut d'une falaise donnant sur l'océan. Les autres temples des signes sont dispersés un peu partout, mais aucun n'est plus proche qu'un autre de celui de la Vierge, et ce depuis la nuit des temps pour une question d'égalité.
C'est alors que tous les signes se mirent d'accord sur un concours: le Saggitaire pris alors la parole et en exposa les règles:
- Donnons-nous rendez-vous devant le temple de la vierge, la Vierge décidera alors qui elle choisira pour prétendant ou alors restera de glace et nous renverra tous dans nos temples respectifs, tel sera son choix.
Pour gagner, tous les coups sont permis envers les autres concurrents, je pense que je n'ai pas besoin de vous faire un dessin, messieurs. Le départ se fera en lisière de la forêt maudite de Magdalena, lieu situé a plus de deux cent lieux du temple de la Vierge, demain matin, a l'aube et tachez d'être à l'heure car dès que les premiers rayons du soleil perceront le feuillage de Magdalena, le départ sera donné. Sur ce, bonne chance à vous tous, et que le meilleur gagne.


C'est alors que tous rentrèrent chez eux pour préparer ce périple qui fut sans doute l'un des plus longs et des plus difficiles jamais réalisés.


Dernière édition par le Lun 26 Fév - 22:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pacte-secret.superforum.fr
Nienna
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 538
Age : 33
Localisation : Saralindë, Nivalis
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Les pierres célestes   Lun 26 Fév - 22:52

Posté par Niabea Kjeldos de Cadrienia:

- Non mais quelle idée stupide j’ai eu…

Cette lamentable histoire dont le Tisseur se retrouvait être, bien malgré lui, un des héros, était, dès l’origine, un terrible malentendu. Profitant de l’ère de paix et de prospérité qui était apparue en Ekarys, le jeune Niabea s’était relancé avec bonheur dans ses études théologiques. Et, dans cet optique, il avait pris la décision de traverser les mers pour découvrir en d’autres lieux des cultures et cultes différents. Sa première destination, et surtout celle du premier bateau en partance pour dire vrai, était l’île de Nivalis. Île que le jeune homme avait le bonheur de ne pas du tout connaître. Pour faire simple il s’était déjà perdu à trois reprises en tentant de sortir du port.

C’était d’ailleurs à ce même moment que les événements s’étaient enchaînés. Il avait alors rencontré un prêtre étrange avec qui, par pure curiosité, il avait engagé la conversation. Cinq petites minutes avaient suffi à l’ekarysien pour se rendre compte que son interlocuteur, en plus d’être pour le moins idiot, était aussi pour le moins frappé. Aussi, quand ce dernier commença à écumer tout en parlant, Niabea n’eut-il aucun remords à joyeusement le calmer d’un bon coup de savates. En bon campagnard, et partant du principe qu’on ne fait pas de petits bénéfices et qu’une robe de prêtre pourrait lui être utile, le Tisseur dépouilla joyeusement le prêtre, le laissant sur le parvis d’un hospice sans le moindre sou… et sans vêtement. Il ne pu se retenir à l’occasion de lancer une sarcasme au pauvre homme.


- Ne t’en fais pas mon vieux… L’habit ne fait pas le moine dit-on … Donc être nu ne change rien à ta fonction…

D’après les cris outrés qu’il entendit quelques minutes plus tard lorsque des passants découvrirent le corps… il douta de ses propres propos. Ce qui arriva à ce brave prêtre, portant, singulière coïncidence, le signe zodiacale du Sagittaire qui était aussi celui de Niabea sur sa tunique, est une autre histoire. Mais la vie d’un homme condamné pour exhibitionniste intéressera sans doute peu le lecteur, aussi nous ne nous y attarderons pas…

Malheureusement bien vite poursuivi par la garde locale, pour quelques pommes c’était bien du chahut, il du, et contre son gré, revêtir la bure du prêtre pour échapper à la vindicte populaire. C’est ainsi que, profitant volontiers de la gentillesse d’une caravane de marchand, il quitta la cité portuaire pour les plaisirs de la campagne et l’isolement de son temple… de son temple ?!


- Oui… Un réel plaisir… Bloqué entre quatre murs… à faire semblant de prier d’autres dieux…

Malgré l’ironie de la situation que le Tisseur aurait pu goûté en d’autres circonstances, surtout si cette situation en question ne s’était pas poursuivie des semaines durant, le destin n’avait pas fini de jouer des tours au jeune homme. Et, c’est ainsi qu’un beau matin, on l’invita gracieusement à se rendre en un lieu où l’attendaient neuf autres personnes… Il ne fallu encore une fois que quelques instants pour comprendre que le but, l’enjeu de cette réunion étrange était la conquête d’une belle ou de quelque chose d’approchant, située dans le temple de la vierge. En clair cette histoire sentait bon le traquenard et le Tisseur n’eut alors de cesse que de chercher la première occasion pour se tirer d’affaire.

Cette dernière survint quelques instants plus tard lorsqu’un illustre inconnu proposa de départager les onze prétendants par un concours. S’en suivit une multitude de réflexions, de remarques, tous plus ennuyeuses les unes que les autres, et, souhaitant abréger sa torture, Niabea se leva.


- Donnons-nous rendez-vous devant le temple de la Vierge, la Vierge décidera alors qui elle choisira pour prétendant ou alors restera de glace et nous renverra tous dans nos temples respectifs, tel sera son choix.

Il marqua un silence, prenant plaisir à ainsi prendre la parole.

- Pour gagner, tous les coups sont permis envers les autres concurrents, je pense que je n'ai pas besoin de vous faire un dessin, messieurs. Le départ se fera en lisière de la forêt maudite de Magdalena, lieu situé a plus de deux cent lieux du temple de la Vierge, demain matin, a l'aube et tachez d'être à l'heure car dès que les premiers rayons du soleil perceront le feuillage de Magdalena, le départ sera donné.

La distance assez appréciable était un atout pour le jeune homme… il serait tout de même dramatique et pour le moins lamentable que durant un si long voyage il n’arrive pas à se faire joyeusement la malle… Finalement il n’avait vraiment rien compris… Cette bure n’était pas celle d’un prêtre… mais celle de l’élu zodiacal qu’il était censé interpréter. Il était donc simplement le sagittaire. Mais où pouvait bien être son arc ? Il eut un sourire, heureux de conserver une pointe d’humour malgré la situation, et il décida de conclure sa petite intervention.

- Sur ce, bonne chance à vous tous, et que le meilleur gagne…

Voila c’était dit… Il n’avait plus qu’à préparer sa fuite cette nuit… demain, tandis que les autres s'entre-déchireraient pour les beaux yeux de la vierge, il prendrait le large au détour d’un arbre et retrouverait sa liberté. C’est alors, et seulement alors, qu’il se rendit compte que s’éclipser, en pleine nature hostile, et sans connaître le moins du monde l’île ni la géographie des lieux, était tout bonnement un suicide…

- Je suis vraiment le dernier des crétins…

Cela eut le don de lui donner triste mine tout le reste de la journée tandis qu’il se dirigeait, accompagné en cela par quelques servants, vers la forêt de Magdalena. Une forêt maudite s’il avait bien compris la légende… et bien son épée ne serait pas de trop dans cette aventure… dans quelques heures seulement le départ serait donné… et le Tisseur n’avait pas la moindre idée de ce qu’il allait bien pouvoir faire pour se tirer d’affaires…

- Remarque… Ça va encore me faire de belles histoires à raconter de retour au pays…

Et prenant le parti de ne pas ruminer de sombres pensées c’est finalement un Niabea sifflotant qui arriva quelques heures avant l’aube aux abords de la forêt endormie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pacte-secret.superforum.fr
Nienna
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 538
Age : 33
Localisation : Saralindë, Nivalis
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Les pierres célestes   Lun 26 Fév - 22:54

Posté par Rufus d'Aerith:

Assise sur son trône éternel, la Vierge observait au loin l'horizon infini de Nivalis.

Encore une journée qui commençait.
Encore une journée où elle devrait recevoir les innombrables présents des autres divinités.
Encore une journée où elle devrait les refuser.
Car perdue dans son Palais d'Ivoire et de marbre blanc, la Vierge se devait de ne pas répondre aux autres divinités du Zodiaque. C'était sa raison d'être.

Depuis la nuit des temps, avant même que Le Chaos créé un monde et ne l'offre à ses enfants Meyrrin, Oznar et Eskann, elle n'appartenait à personne. Elle ne s'appartenait pas non plus. Son destin, tragique et triste ne pouvait en être autrement. On l'avait créé dans un unique but : Etre celle qu'on ne peut avoir, que l'on ne peut posséder. Les 11 dieux et déesses du Zodiaque, comme n'importe qui se battaient pour elle. Ils l'amadouaient, la courtisaient et usaient de leurs hauts faits ou de leurs bassesses pour qu'elle leur appartienne.
Et depuis la nuit des temps, elle avait réussi à réchapper de leur pièges, de leur ruses et de leurs amours.

Afin de la représenter sur terre, elle avait choisi une jeune paysanne du nom de Feenaelia. Rejetée de ses parents, rejetées de son village, elle n'avait jamais eut de vrais amis. Elle n'avait jamais appartenu à personne du fait de son ermitage forcé. C'est sur elle que La Vierge avait jeté son dévolu. Elle lui était apparue comme par enchantement et lui avait parlée de manière amicale et gentille.

"Paysanne,
Je t'ai choisi afin que tu me représentes sur ce monde. Il appartient à Meyrrin et les divinités ne peuvent s'y rendre en personne. Tout comme les 11 autres divinités du Zodiaque, j'ai besoin de toi afin que les mortels sachent que j'existe. Je ne le peux pas sans eux. Tu seras ma prêtresse. Rend toi dans le temple au centre même de Nivalis, il t'appartient désormais et sache que nul autre que toi ne peut y pénétrer.
Que le bonheur t'accompagne Prêtresse de la vierge !
»

Et depuis ce temps, la prophétesse Feenaelia vivait seule dans le temps de La Vierge, à l'image de sa déesse. Depuis des centaines d'années, elle ne pouvait laisser entrer personne et ne pouvait elle-même sortir de son temple. Ses journées étaient consacrées aux prières, à la lecture et à la musique. La vie éternelle acquise lorsqu'elle devînt prophétesse lui permit de pouvoir entendre les requêtes de la Vierge. Elle perdis la vue afin de pouvoir tout voir. La vision omnisciente de la Vierge l'avait investit.
Aussi, elle ne fût pas étonnée lorsque, assise sur son trône, elle vit le rassemblement des 11 représentants divins sur ce monde. Afin de mettre un terme à la question de savoir qui la posséderait, ils avaient décidé d'un Tournoi. Un Tournoi qui commencerait le lendemain même prêt de la forêt de Magdalena et dont l'enjeu était elle-même, la représentation de sa Déesse...
Feenaelia tout comme la Vierge allait suivre ce tournoi avec intérêt, sachant pertinemment qu'il n'aboutirait à rien d'autre qu'auparavant : Elles resteraient intouchables et inviolables.

Qu'est ce que le destin allait donc réserver aux douze divinités?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pacte-secret.superforum.fr
Nienna
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 538
Age : 33
Localisation : Saralindë, Nivalis
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Les pierres célestes   Lun 26 Fév - 22:57

Posté par Kamior d'Iben Nac Offen:

Kamior, le fringant chef des Puants d'Iben Nac Offen en Teliarok, était une armure vivante. Bien avant qu'il n'ait l'idée d'attaquer divers royaumes de son île natale ou des autres de l'Empire, il avait été un jeune humain, un peu trop téméraire et turbulent, qui avait eu la faiblesse de trouver les abris pour villageois trop ennuyeux. De ce fait, il en était sorti, en échappant à la surveillance de sa tante névrosée qui tenait fermement son cousin, alors que les démons attaquant le village sévissait encore non loin de la forêt. Ce qui devait arriver, arriva, et l'enfant qu'était Kamior fût gravement blessé par les créatures démoniaques; par contre, les Puants qui habitaient la forêt, ayant vu ce petit d'homme frappé, se ruèrent sur les Démons et entreprirent de ramener l'humain auprès de leurs chamans pour le soigner.

Cet épisode marquant dans l'histoire de Kamior est déterminant quant au choix du signe zodiacal du Cancer pour le représenter en Meyriin. En effet, les chamans n'avaient pu le soigner, son sang ayant trop abondamment coulé pour qu'il survive, aussi tentèrent-ils de lui lancer un sort de fusion avec un bébé Hydre mort-né au sein de leur Communauté et dont le sang avait, nous le savons tous, des vertus régénératrices. Depuis lors, le jeune humain n'a eu de cesse d'apprendre à vivre comme un Puant de la forêt qui ne pouvait être blessé sans que son sang ne le régénère dans l'instant. S'ensuivit la sauvegarde de la forêt de part son combat contre les humains et son auto-proclamation comme chef de clan; la loi du plus fort règnant en leur sein et son sang lui évitant toute blessure malencontreuse, il n'eût aucun problème à effectuer cette tâche qui ne fût qu'une simple formalité à ses yeux.

Ainsi, il étendit son influence et attaqua divers royaumes en de nombreuses îles; ayant fait chuté Zagros en Nyléria, il avait décidé si après de s'attaquer à une autre île bien plus à l'écart des autres: Nivalis. Du moins c'est ce qu'il avait cru, car visiblement, ses attaques orientées "aléatoirement" étaient guidées par une puissance supérieure qui l'avait vu comme son plus digne représentant, à savoir le blindé et résistant Cancer.

Bien qu'il n'avait pas d'armure, il était assez certainement l'une des personnes les plus résistantes connues et, à son débarquement en Nivalis, qui ne se fût pas sans une certaine violence à l'égard des débarqués et des repoussants: en fait, la puissance des personnes surveillant les côtes de Nivalis avait été largement sous-estimée par la plupart des stratèges puants aux ordres de Kamior, tant et si bien que ceux ayant débarqués furent tous massacrés, à l'exception de ceux ayant eu le temps de rembarquer et de notre "héros" qui chargea ses adversaires en hurlant. Les bateaux des fuyards furent coulés le temps que Kamior achèvent le dernier des archers. Il enleva alors les flèches plantées en divers endroits de son être, attendit que ses plaies se referment et se mît en route vers un signe de civilisation.

Au bout de deux heures de marche, il trouva le rassemblement de seigneurs représentant les signes du zodiac, qui ne fûrent pas étonnés de voir un homme à demi-nu parmi eux, sans doute en raison de son bouclier sur lequel avait été peint le symbole puant de la protection, à savoir le Crabe, et qu'il avait un art tout particulier dans la discrétion (il est à noter qu'un humain puant n'a pas toujours un entourage adapté à la conversation, et qu'étant habitué à se taire, il pouvait ainsi s'intégrer à n'importe quel groupe). Essayant de ne pas se faire remarquer et, après avoir écouté le discours du Sagittaire, il comprit qu'il était question d'une belle jeune femme à gagner. Si Kamior n'était pas doué pour une chose, c'était bel et bien pour montrer des talents de non-séducteur et de non-personne manièriée, aussi était-il relativement impossible pour lui d'avoir une quelconque vie amoureuse. A l'inverse, il avait une prédilection pour la compétition et la bagarre, aussi se dit-il qu'il ne lui coûterait rien d'essayer, afin de joindre l'utile à l'agréable et l'agréable à l'utile.

Les divers représentants s'étaient ensuite séparés, se donnant rendez-vous le lendemain matin, aux abords d'une forêt de Nivalis. Kamior y fît un petit tour et pût rapidement se constituer une meute de loups, qui lui serviraient sans doute loyalement comme auxiliaires de combat une fois les hostilités lancées, et de garde-manger, au cas où le voyage s'éterniserait et qu'il aurait besoin de nourriture. Sans doute, ils l'aideraient à chasser et, fort de ses huits loups qui le respectaient désormais comme leur chef, il s'endormit non loin du lieu de rendez-vous du lendemain, dans la forêt de Magdalena.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pacte-secret.superforum.fr
Nienna
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 538
Age : 33
Localisation : Saralindë, Nivalis
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Les pierres célestes   Lun 26 Fév - 22:58

Posté par Tyrnis Aryneox de Nécrynis:

Le Scorpion, la divinité assassine du Zodiac, avait longtemps cherché un digne représentant sur le monde. Les assassins étaient nombreux mais nul ne disposé de la personnalité torturée que le Scorpion recherchait. Puis, un jour, alors que son regard vagabondait sur l’île de Nivalis, il assista à un duel d’épéistes, l’un d’eux maniait une rapière dont la lame était rouge sang, l’autre utilisait une rapière d’apparence normale, forgée par un grand maître d’arme du passé.

Le duelliste à la lame rouge sang triomphât, perçant la garde et le coeur de son ennemi des le premier coup. En regardant combattre, le Scorpion fut frappé par la ressemblance qu’il existait entre le style du duelliste et l’attaque des scorpions : un coup unique, précis, vif, et mortel. La divinité s’intéressât alors à l’être, et découvrit qu’il était l’incarnation de l’assassin, Vampire, ayant pris le pouvoir par la ruse, et excellent duelliste. Son nom était Tyrnis Aryneox. Le Scorpion lui apparut alors qu’il siégeait à Nécrynis.

« Vampire…
Je suis Scorpion, l’assassin divin d’Orion. Je t’ai choisit pour me représenter, car tu symbolise l’archétype de l’assassin que je recherchais. Devient mon Servant, je ferais de toi l'Assassins parfaits, j’empêcherais la Lumière du Jour de te détruire… »


Après quelques palabres, le Seigneur Vampire choisit d’accepter l’offre de la divinité. Il fit fonder un temple du Scorpion dans le royaume souterrain, là où d’autres avaient adorés l’araignée, lui et les siens adorèrent l’Assassin Divin. Puis, un jour, il fut convié à un conseil du Zodiac, où il fut discuter de qui pourrait posséder la Vierge. Pour trancher cette question, le Sagittaire proposa un Tournoi, où la Vierge serait juge décidant qui gagnerait ou non. Les 10 autres représentants acceptèrent, chacun mus par ses propres convictions.

Tyrnis, lui, ne cherchait ni l’amour, ni la joie de l’aventure. Ses buts étaient ceux du Scorpion, l’Assassin Divin, envoyé pour tuer Orion, lorsque qu’il courtisait la Vierge… C’était son rôle, et il l’accomplirait, qui périra cette fois ?

Quelque heures avant la tombée de la nuit, il fit envoyer un cadeau à la Prêtresse de la Vierge, un arc, représentation parfaite de celui d’Orion le chasseur, le feu prétendant de la Vierge. Le cadeau arriverait sûrement bien avant lui, et la Vierge et sa prêtresse pourrait penser de celui ci ce qu’elles voudraient, avertissement, ou simple cadeau de mauvais goût ?

Le cadeau envoyé, il se prépara, nettoyant sa Rapière de Sang, seul bien qui lui importait, et se revêtant d’une lourde cape sombre a capuche. A la tombée de la nuit, il partit de Nécrynis, marchant quelque temps, avant d’arrivée, au alentour de la minuit à l’orée de la forêt maudite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pacte-secret.superforum.fr
Nienna
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 538
Age : 33
Localisation : Saralindë, Nivalis
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Les pierres célestes   Lun 26 Fév - 22:59

Posté par Enadijd d'Aryalc:

Le Gémeaux, divinité la plus sombre du Zodiaque, sur laquelle on ne sait pratiquement rien. La seule chose sûre à son sujet est que c'est une divinité oscillant entre le bien et le mal. Son visage restait inconnu car il se cachait derrière un masque de fer. Il cherchait depuis toujours un représentant digne de ce nom sur ce monde. Alors qu'il vagabondait à travers les rues de la capitale, il s'arreta dans une taverne pour y boire un verre.
Il s'aperçut que le tavernier n'était pas comme les autres. En effet, il apprit en discutant avec un voyageur qu'il répondait au nom d'Enadijd Coral et qu'il était le seigneur des terres d'Aryalc, royaume isolé en plein milieu d'une tempête de sable et donc coupé du monde extérieure. Qui peut mieux prétendre à la personnalité tourmentée du Gémeaux qu'un seigneur se cachant derrière une tempête de sable comme le fait le Gémeaux derrière un masque de fer.
Le Gémeaux se leva et se rendit au comptoir, expliquant au jeune seigneur les responsabilités que celui-ci mettait entre ses mains. Enadijd, après plusieurs secondes d'hésitation, accepta l'offre de la divinité.
Le Gémeaux l'entraîna alors vers une pièce secondaire derrière le comptoir pour lui remettre l'armure ainsi que le masque de fer qu'il portait jusque là.

- Et voilà, maintenant tu es prêt, jeune seigneur, rends-toi en lisière de la forêt de Magdalena demain dès l'aube et participe au concours...

Sur ces mots, le Gémeaux s'en alla, laissant Enadijd dans le flou le plus total. Il se rappelait juste de ces quelques mots:"Rends-toi à la lisière de la forêt de Magdalena, demain dès l'aube"

C'est alors qu'Enadijd se mit en chemin. Heuresement que Nivalia n'était pas très loin de la forêt de Magdalena. Quelques heures de marche plus tard, il arriva enfin à la lisière de la forêt et il s'endormit au pied d'un vieux chêne, attendant avec impatience le lever du soleil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pacte-secret.superforum.fr
Nienna
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 538
Age : 33
Localisation : Saralindë, Nivalis
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Les pierres célestes   Lun 26 Fév - 23:00

Posté par Aethollyn d'Elvyldor:

Les Amazones avaient toujours été réputé pour leurs talents de guerrières. Chacune avait une importance dans cette communauté féminine. Elles n'avaient ni dieu, ni héros. Elles ne respectaient qu'elles mêmes, mise à part une d'entre elle qui par sa bravoure et son aura naturel de puissance avait réussit à prendre le titre d'impératrice. Le Lion, représentant ultime des signes du Zodiaque, incarnation de la puissance et de la vitalité, s'était épris de cette amazone à la ceinture de feu, présent qu'il lui avait offert. Sa vanité et son orgueil était tel qu'il ne pouvait se douter qu'un homme sournois, attiré par l'appât du gain - attrait condamné par l'allégorie à la crinière - tenterait de s'emparer du joyau. Ceci se passa bien avant qu'Hercule fit de même et qu'il ait tué presque toutes les amazones. Le voleur nommé Oméhnas dut fuir la colère du Lion, nommé communément Fumérus, qui ne pouvait accepter un tel affront. Ainsi il se mit en quête d'un bras vengeur...

Il parcouru le monde tel une âme, car il ne pouvait prendre forme humaine. Il s'arrêta sur l'île d'Ekarys, dans une petite contrée où les forêts sont prédominantes, Elvyldor. Alors que son ombre se pavanait devant les esprits de la fôrets, il entendît des cris et des bruits de combats. Plus il avançait vers le son des chocs métalliques, plus il s'approchait de l'aboutissement de sa quête. Il fut mené à un monastère où des brigands sans vergognes avaient élu domicile le temps d'un modeste pillage. Cependant, en Elvyldor, les centres de manutention spirituels sont les lieux d'étude des jeunes paladin en formation. Un boulet d'acier sortit de la bâtisse de bois de chêne, suivit bientôt des autres paladins. L'armure du premier bien que grossière, jouait avec les rayons du soleil. Le bouclier, fixé au bras gauche du jeune apprenti, valsé entre les coups de rapières, ondulant face à l'astre solaire. On aurait cru apercevoir une boule de feu. L'épée semblait aussi légère qu'une plume tellement l'adresse jeune garçon, âgé alors de seulement quatorze ans, était remarquable. Le contingent d'aspirants paladins ayant mis en fuite les écorcheurs, tous rentrèrent dans le monastère pour reprendre leur train de vie. Aethollyn, -c'était le nom du l'escrimeur solaire- un sourire en coin, le maintien droit, le regard dans le ciel, les cheveux dans le vent, s'avança vers la porte d'entrée. Il était fier, un de ses grands défaults que les moines essayaient tant bien que mal de guérir. Mais sa modestie et sa générosité ne l'avait jamais fait passé pour quelqu'uun d'arrogant. Il était loyal, c'est tout ce qu'on lui avait demandé jusqu'à présent.

Cette nuit là, Fumérus apparut en rêve au jeune paladin. Il lui expliqua le sujet de sa quête de son ton droit, sûr. L'aura de puissance qu'il libérait ne décontenança pas le garçon. Le Lion n'en attendait pas moins de sa part. Aethollyn accepta de rechercher Oméhnas.

A son réveil, le paladin trouva sur sa chaise branlante une armure argentée ciselée d'un lion d'or. A ceci s'ajoutait un écu et un heaume couleurs soleil. Sous l'armure était dissimulée un épée à l'étrange pommeau. Ce dernier comportait deux pierres. Quelques années plus tard, Aethollyn appris à s'en servir : l'une servait à guerir toute blessure, l'autre à détruire toute vie. Mais ce la demandait une énorme dépense d'énergie ce qui limitait énormément son utilisation, en particulier de la deuxième. Le paladin devint l'émissaire du Lion sur le sol d'Ekarys et de toutes les autres îles, même s'il n'y avait jamais mis les pieds.

De longues années après avoir retrouvé l'infâme voleur et avoir été récompensé pour ses services par une adhésion à la communauté amazone, qui -vous en conviendrez- n'est pas sans charmes et avantages, Aethollyn garda son statut. Il était devenu un seigneur paladin. Il régnait sans partage sur Elvyldor et sur les amazones désormais, après la mort de son impératrice, mais il était toujours juste et proche des ses sujets comme lui avait inculqué Son ascendant zodiaque.

Le Lion tomba amoureux secrètement de la Vierge. Il n'avait pu l'apercevoir qu'une seule fois, en bravant les interdits. Il l'avait découverte se baignant dans un lac doré par les reflets que les rayons créaient avec la surface. Sa somptueuse chevelure et son visage fin l'avait poursuivi dans toutes ses pensées et il ne pouvait s'en défaire. Ainsi lorsqu'il appris que les dix autres signes convoitait par pure routine le fruit défendu qu'il aimait, il demanda à nouveau les services du paladin au lion. Les sentiments qu'éprouvaient le zodiaque étaient partagés par son homologue humain. Tel était le lot de l'amazone.

Aethollyn fut convoqué à un conseil où chaque représentant des signes du Zodiaques devait se rencontrer. Son maître lui demanda d'assister à sa place à ce regroupement épi-zodiaque de notre histoire. Il rejoint alors les dix autres signes. Ils écoutèrent patiemment le Sagittaire, qui avait manifestement pris la place de décideur, ce qui mit le Lion de mauvaise humeur. Cela lui revenait normalement. Cependant il se calma bien vite se rendant compte de la bêtise de sa réaction. On ne put remarquer quoique ce soit, car Aethollyn ne délaçait jamais son heaume de lumière.

L'assemblée séparée, il se mit à l'écart pour réfléchir à sa quête. Que lui faudrait-il faire pour prouver l'amour qu'il porte à l'inaccesible vierge tout en lui évitant qu'elle soit induite en erreur par les autres signes. Il était, en tant que signe de la souveraineté et du pouvoir, responsable de cette enfant. Il fallait faire donc face à se dilemne de la quête qu'il ne devrait pas entreprendre, mais que son orgueil et sa soif d'aventure l'obligeaient à poursuivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pacte-secret.superforum.fr
Nienna
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 538
Age : 33
Localisation : Saralindë, Nivalis
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Les pierres célestes   Lun 26 Fév - 23:01

Posté par Nienna de Saralindë (moi!):

Un grand drame avait lieu en Saralindë ce jour-là. L’un des plus vieux Ents du conseil des sages, Roso, était en train de rendre l’âme. Le roseau étant l’arbre préféré de Nienna (allez savoir pourquoi) elle fut à son chevet jusqu’à la dernière seconde. Et celui-ci, n’ayant pas d’autre interlocutrice de confiance, s’adressa à elle pour lui présenter sa requête.

« - Ma Dame, merci de rester auprès de moi pour m’aider à supporter ces moments douloureux…
- Tu n’as pas à me remercier Roso, depuis toujours, tu m’as été fidèle, tu m’as toujours sagement conseillée, il est normal que je reste auprès de toi aujourd’hui… Ne souffres-tu pas trop ? Y a-t-il quelque chose que je puisse faire pour soulager tes peines ? »
Il hésita tout de même un peu.
« - En fait… Il est peut-être quelque chose que vous pouvez faire pour moi, oui…
- Tout ce que tu voudras !! Je te promets que…
- Ne vous emballez pas, ma reine, écoutez-moi attentivement, plutôt, dit-il dans un sourire douloureux. Il est une mission qui m’a été confiée, et que je n’ai pas su remplir. Si vous la remplissiez à ma place… Ah, je crois que je pourrais partir en paix.
- Quelle mission ?
- Avez-vous entendu parler des signes du zodiaque ? Vous savez, ces signes existent bien en réalité. Ce sont douze divinités, honorées dans des temples, qui apparaissent parfois aux pauvres mortels que nous sommes…
- Oui, j’en ai entendu parler… Mais ce sont des racontars, mon pauvre Roso, j’en veux pour preuve que l’Huître ne fait même pas partie de ce panthéon zodiacal. Or, nous savons tous que l’Huître…
- Nienna, il ne me reste plus beaucoup de temps, écoutez-moi s’il vous plaît. Il se trouve que le Taureau m’est apparu. Il m’a dit, je vous rapporte ses paroles, qu’il cherchait quelqu’un pour le représenter, mais que, très occupé lui-même, il préférait me confier cette mission, car il est bien connu que le roseau, comme le taureau, n’abandonne jamais. C’est aussi ce trait de caractère qu’il recherchait chez celui que je devais choisir comme représentant du signe céleste. Un homme courageux, fonceur, entêté, joyeux et bon vivant, avide de plaisirs sensuels, comme lui… »

Nienna réfléchit. Elle se retrouvait parfaitement dans cette définition : un homme (elle éluda) courageux – on ne pouvait dire qu’elle manquait de courage, en attestait la bonne santé de son royaume ; fonceur, eh bien, oui, c’est vrai qu’elle était parfois sujette à des coups de tête, et, ma foi, c’était bien ce goût d’aventure qui lui plaisait aussi. Entêté, bon, elle aurait plutôt dit « tenace », « acharnée » ou « infatigable » mais enfin, on pouvait le voir comme ça aussi, oui… Joyeuse et bonne vivante, Nienna l’était, et ce, somme toute, malgré sa grande solitude. Avide de plaisirs sensuels, enfin… Mmmm oui, tous les sens entrant en ligne de compte, elle était une véritable esthète du plaisir sensuel. Aussi demanda-t-elle tout naturellement à l’Ent :

« Et vous voulez que ce soit moi qui prenne cette place de représentante ? »

L'Ent la regarda bizarrement, et faillit s’étrangler de rire.

« - Vous ? Vous Nienna ?? Représentante du Taureau ? Ahahahah !! Merci d’apporter une touche d’humour à mes derniers instants, mais cela est impossible !
- Ah ? Et pourquoi? dit-elle, un peu piquée
- D’abord, ma belle, parce que vous êtes une femme,et que le dieu Taureau m’a demandé de lui trouver un homme, pas une femme. Imaginez-vous, ce signe éminemment masculin, occupé par une femme ? Enfin, Nienna, soyez sérieuse ! Si vous voulez que je parte en paix, trouvez en Saralindë ou ailleurs un homme capable de le représenter, confiez-lui sa mission, donnez-lui cette ceinture (il lui présenta une magnifique ceinture argentée, ajustable, portant en guise de boucle un cercle surmonté d’une coupole, symbolisant deux cornes) elle protège des blessures physiques les moins graves et donne la force du Taureau à celui qui la porte – CELUI, Nienna ! dit-il en voyant son regard avide.
- Oui oui, dit-elle d’un air bougon. Et ensuite ?
- Faites vite, une réunion doit se tenir bientôt entre tous les signes convoitant la Vierge
- Vierge qui est une femme, elle, je suppose,
grinça-t-elle
- Nienna ! Vous m’avez fait une promesse, ma chère…
- Et je la tiendrai… » dit-elle en soupirant.

Il lui expliqua en détails le lieu du rendez-vous, l’emplacement du temple du Taureau, la bénit et expira en la remerciant.
En pleurant, elle se mit en quête immédiatement. Elle parcourut tout Saralindë en vain, sachant avant même d’y entreprendre ses recherches qu’elle ne trouverait pas le valeureux chevalier qu’elle cherchait, aucun ne combinant toutes les qualités du Taureau. Sans grande conviction, elle rechercha aussi dans les royaumes alentour. Sans grande surprise, elle n’y trouva personne. Aussi, l’heure du rendez-vous approchant, elle s’enveloppa dans une longue cape, cachant ses formes féminines avec des bandages. Sa haute taille la ferait sans doute passer inaperçue parmi tous ces hommes si elle ne dévoilait pas son visage. Elle se rendit dans le temple du Taureau, par principe, avant de revêtir la ceinture magique. Elle s’adressa à lui, lui promettant qu’elle continuerait de chercher son représentant après la réunion, mais qu’elle ne pouvait laisser passer celle-ci sans que personne n’y représente le Taureau. Ne recevant pas de réponse, elle se dit
« Qui ne dit mot consent ! » et se mit en chemin.

Arrivée sur place, elle se glissa sans peine parmi les participants, qui de toute façon semblaient ne pas se connaître entre eux. Mais elle faillit se découvrir en vomissant sur la table lorsqu’elle entendit les discours des autres signes en présence. Quoi ? La Vierge, une femme, était le prix, l’objet, d’un concours ? Mais de qui ces gens se moquaient-ils ! Certainement, il fallait être un homme pour supporter cette idée sans broncher!

Le Taureau est susceptible, rancunier, borné et prévisible, ce sont là ses moindres défauts. Aussi Nienna, sans surprise, décida-t-elle à l’instant même de prendre la place de représentante du Taureau. Tous les coups étaient permis ? Parfait, elle allait pouvoir en faire baver à tous ces messieurs, après tout, elle avait prouvé maintes fois qu’elle valait bien autant et même plus que nombre de Seigneurs de Nivalis. Puis elle arriverait devant la Vierge, et pourrait la démettre de sa condition d’objet sexuel, la protégeant des ardeurs masculines des autres signes. Oui, elle irait jusqu’à se battre en duel contre chacun d’entre eux si c’était nécessaire. Ainsi, très certainement reconnaissante, la Vierge ne pourrait que la choisir, elle, et le dieu Taureau en serait probablement satisfait! Vraiment, le jeu en valait la chandelle, et c’était là une bien jolie quête. Elle rentra donc gaiement se préparer pour son périple du lendemain dans la forêt maudite.

_________________
Dame Nienna,
Tyran des forêts de Saralindë
Cheffe vénérée du Pacte secret de l'Huître Majestueuse
... Mais les vents me sont moins qu'à vous redoutables: je plie, et ne romps pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pacte-secret.superforum.fr
Nienna
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 538
Age : 33
Localisation : Saralindë, Nivalis
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Les pierres célestes   Lun 26 Fév - 23:03

Posté par Yadlabus de Nouvelle Elefteria:

Dans un verre d’eau(-de-vie) qu’il s’était versé, Yadlabus avait lu par divination éthylique qu’on l’appelait à une réunion sacrée. Ça n'était pas la première fois qu'il entendait des images dans sa tête ou voyait des voix dans son bol de sanké. Ses copains disaient de lui qu'il était devin, lui se sentait plutôt de rhum ou de bière, mais passons... La dernière vision ç’avait été dans sa salle de bain. Yadlabus avait contre son gré préparé un grand baquet d’eau claire pour son bain annuel et l’eau s’était mise à parler. La voix disait ceci :

" Yadlabus ! Toi qui te troubles dans l'eau, ne sois pas troublé car j'ai ajouté un peu de ricard dans le tonneau dans lequel tu admires mon reflet. "

L'ivrogne étonné et incrédule voulut comme St Bernard (à moins que ce ne fut St Thomas) vérifier les dires de l'icône du bassin. Il se pencha et lapa un peu du liquide blanchâtre, ça avait bien un goût d'anis. Rassuré il concentra toutes ses facultés mentales vers les ondelettes de la cuve aromatisée et la voix reprit de plus belle :

" Je suis ton protecteur, celui qui depuis des lustres remplit ta bouteille, celui qui verse. On m'appelle selon les civilisations le bec-verseur, le robinet ou l'arrosoir mais je préfère le surnom de Verseau. "

Yadlabus ne comprenait rien. "Tu veux quand même pas ..hic! ...m'annoncer que j'suis à sec ?"

" Non non, rassure-toi. Mais j'ai besoin de toi maintenant, fini le temps où tu ne faisais que siffler mes bouteilles sans rien me donner en retour ! Tu seras mon représentant sur Meyriin et tu feras tout ce que tu entendras désormais dans les boissons que je continuerai de faire couler pour toi. "

"Ah ok, vieux ! ... p-pas d'problème... J'boirai à ta santé !!!"

Et en guise de verre de l'amitié pour sceller l'alliance entre le signe du zodiaque- car c'en était un des douzes - et son représentant terrestre le simple Yadlabus, la bassine du bain se changea en une bouteille de cristal remplie d'un concentré de la boisson anisée que Yadlabus garderait toujours sur lui. Au cas où il croiserait à nouveau de l'eau pure, pour pouvoir la purifier et communiquer avec son bienfaiteur (et trinquer à sa santé aussi) évidemment.

Nous en voilà donc revenus au verre d'eau(-de-vie) qui lui intimait cette fois de partir en Nivalis, pour rencontrer les autres avatars zodiacaux et discuter d'un plan cochon ensemble. Ah non, c'était pour une quête officielle afin de régler un conflit de rivalité vieux comme le monde entre les signes, bref.
Yadlabus arrivé en Nivalis, il écouta entre deux hoquets un type bizarre en robe de bure discourant sur une princesse à forn... non, à paniquer justement car c'était une quête où toutes les qualités d'un homme seraient mises à contribution, toutes celles qui faisaient défaut à notre étourdi soiffard. Il tenta bien de verser un verre au poisson pour sceller une nouvelle amitié mais ce dernier refusa de peur de s'étouffer. Tant pis. Il se pointa le lendemain matin à la lisière de la forêt, en retard comme d'habitude et un sac de bouteilles à la main. Mieux valait prendre des précautions, le voyage risquait d'être long !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pacte-secret.superforum.fr
Nienna
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 538
Age : 33
Localisation : Saralindë, Nivalis
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Les pierres célestes   Lun 26 Fév - 23:04

Posté par Duryan de Tirandra:

Un être divin tournoyait dans son palais. Il avait tout, or, diamant, nourriture à profusion, femmes et chèvres... Mais il ne parvenait pas à combler ce manque caché au fond de son cœur.
IL fit tous les voyages possibles, parcourant même plusieurs dimensions.
Il guerroya corps et âme, mais rien ne se combla rien ne le rassasia.
Quel était se vide ???? Par un levé de soleil divin, Cette être aperçut une ombre magnifique un beauté rare qui le séduit.
Cette ombre fut discrète et furtive. Son cœur s'emballa. Il ne savait pas qui cela pouvais-être.
Jusqu'au jour où un parchemin céleste se posa près de lui.
Friant de toutes nouvelles, il l'ouvrit rapidement : un concours été proposé a tous les signes du zodiaque.

Ce concours se déroulera sur une île nommé Nivalis, le Prix : La main de la plus belle de toutes les Déesse : la Vierge.
Vous, très cher Capricorne, êtes cordialement invité à nous rejoindre dès demain.

La vierge .... La vierge ...... est-ce possible ...... cette ombre qui le hantait lui ressemblé comme deux gouttes des boissons du Verseau !!! Si c'est elle, je comblerais peut-être cette douleur qui me nuit tant...
Il me faut trouver un homme pouvant comprendre les tréfonds de mes sentiments.


Et le voyage commença, il tourna autour des différentes îles mais rien..... Personne ne correspondait.
La plupart des seigneurs et dames se contentait de vanité et de batailles inutiles.

Le concours allait débuter et son prétendant été introuvable. Par désespoir de cause il retourna en son palais. Sur le chemin du retour il fut frappé par des pleures. Non pas des pleures d'une jeune femme triste, mais Bien ceux d'un homme. En lisant son cœur, le Capricorne versa une larme.
La tristesse ressentie fut si forte, qu'il arrêta son char.


-Seigneur qui es-tu ?
-Je suis Duryan, que me voulez vous ? Je n'ai que faire de vous j'ai d'autres malheurs voyez vous.
- Relevez-vous, j'ai une mission pour vous. Votre peine de cœur peut être guérie, allez a ce concours et gagnez !! Je serais en vous pour vous aider.


Duryan ne compris pas tout de suite. Mais il sentit le capricorne entrer en lui et cette chaleur l'envahir.
Il prit donc la route jusqu'au lieu dit. Il n'y avait plus grand monde. La plupart était sur la route pour la forêt.

Raaaaaaaa je suis en retard !!!! Allez hop !! Au galop mon fidèle molosse !! Nous devons les rattraper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pacte-secret.superforum.fr
Nienna
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 538
Age : 33
Localisation : Saralindë, Nivalis
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Les pierres célestes   Lun 26 Fév - 23:05

Posté par Maya, reine des ruches d'Apicula:

Un jour, dans le royaume d'Apicula sur Azkenor.....

-Quoiiii ? Allez sur Nivalis ? Mais vous être folle Madame ?
-Sarah, si je te dis que je dois aller sur Nivalis, c'est que je dois aller sur Nivalis....
-Je vous en prie madame, dites moi au moins pourquoi.... Je ne veux pas voler pendant plusieurs centaines de kilomètres sans but et sans savoir pourquoi je fais ça.

Mais l'histoire était en réalité trop longue pour être contée. Maya ordonna donc à Sarah de faire ses affaires, et assez pour un voyage de plusieurs mois, voir de plusieurs années. Cependant, et pour la première depuis qu'elle était rentrée au service personnel de la reine d'Apicula, Sarah refusa d'obéir à un ordre. Elle exigea des explications.

-Bon, je vois que je suis obligée de te donner quelques eclairssissements. Ceux ci seront brefs et tu devras te contenter de ce que je te donnerai. Ne pose aucune question, laisse moi aller jusqu'au bout.
Bien, il y a de celà deux semaines, j'ai eu une révélation. Un rêve, pendant lequelle je me noyais. En fait, non, je ne me noyais pas... je me transofrmais. Au plus le rêve avançait au plus je ressemblais à un poisson. Je continuais à descendre au fin fond de la mère et là, j'ai commença à entendre une voix. Une grosse voix, pronfonde, et fatiguée. Elle me guida. Je nageais. Puis derrière un énorme rocher apparut un fabuleux poisson, de couleur rouge, gros comme tu n'en verras jamais. Il se présenta comme "Le Poisson", dernier de tous les signes du Zodiaque et me confia une mission. Je serai son représentant sur Meyriin et ma mission sera simple : arrivée avant les onze autres émissaires des signes du Zodiaque au temple de la Vierge, situé sur Nivalis


Un long silence suivit l'histoire de l'abeille. Sarah se posait évidemment beaucoup de questions... Pourquoi Maya avait-elle accepté ? Que s'était-il passé dans sa tête ? Cependant, elle refusa de désobéir une nouvelle fois à un ordre de sa maîtresse. Elle aurait tout le temps plus tard pour en apprendre plus. Elle alla donc préparer ses affaires et deux heures plus tard, dans la plus grande clandestinité, les deux amies s'envolèrent pour Nivalis.

Le voyage dura cinq jours. Les arrêts furent rares. La reine d'Apicula était pressée. Elle connaissait parfaitement le chemin, ce qui étonna énormément Sarah.
Elles arrivèrent toutes les deux à l'entrée d'une ville.


-Centre Ville de la Capitale Nivalisienne. Trouvons une chambre d'hôtel. Je te raconterai le reste de l'histoire après.

Elles survolèrent la ville, trouvèrent une chambre dans laquelle ils furent mal accueillies (être abeille n'est pas forcément bien vu), puis se reposèrent deux petites heures. Elles mangèrent un peu de miel qu'elles avaient pris avec elles, puis Maya demanda :

-As-tu des questions par rapport à mon récit de tout à l'heure ?
-Oui. Pourquoi avez vous accepté cette mission, alors que ce n'était qu'un rêve ? Qu'est-ce que "Le Poisson" a-t-il bien pu vous dire ?
-Ce qu'il m'a dit ne te regarde pas. Mais j'ai accepté cette mission car ce dieu qui m'est apparu, m'a promis que que je gagne ou que je perde, il me donnerait un pouvoir pour que je puisse me changer en poisson pendant quelques temps. Cinq minutes tous les mois. Rien que ça.
C'est tout ?

-Non, comment nous rendrons nous au temple de la Vierge ?
-Il est situé dans la forêt de Magdelena. Le concours commencera lorsque tous les participants seront à l'orée du bois. Est-ce tout ?
-Pour le moment, oui.

Les deux amies se rendormirent, et le matin suivant, elles préparèrent un nouveau sac. Celui qui les accompagnerait dans la forêt maudite.
Elles étaient prêtes à partir et n'attendaient plus qu'un signe du Poisson.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pacte-secret.superforum.fr
Nienna
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 538
Age : 33
Localisation : Saralindë, Nivalis
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Les pierres célestes   Lun 26 Fév - 23:06

Posté par Hize Noghoudh d'Hakemeshâ:

Il était une énième fois dans le pays sablonneux d’Hakemeshâ, un calife, Hize Noghoudh le mirifique, aux mœurs particulièrement raffinées. Celui-là même, chantre de Le Mouton Fou, s’était rendu responsable des pires caprices comme des plus larges bontés. En effet, chacun se souvient de son don de la production nationale de babouches en faveur de l’hospice nivalisien pour unijambistes. On louera encore longuement son initiative d’instaurer une demi-journée de la femme dans son califat, chose rare parmi les Etats totalitaires contemporains… d’autant plus que cette commémoration avait lieu tous les 25 ans.
Pourtant, malgré ces grands moments de charité, le calife cultivait un horrible vice. On ne savait pas le moins du monde, ni où, ni quand, il avait pu pécher une telle maniaquerie. Ce qui était certain, c’est qu’il en prenait un immense plaisir.

- Aaaaah encorrrrre encorrrre Rrrrrrrachida !
Mittez en moi plein li vue mi pittites, fites moi voirrrrr di toutes li couleurrrrrs !
Plus forrrrt, plus forrrrt Aïcha !


Hize Noghoudh avait vieilli. L’emprise des âges sur son cerveau emportait chaque jour un peu plus le calife vers la folie, neurones par neurones. Aussi s’adonnait-il de plus en plus régulièrement à ces séances de pédicure peu ordinaires. Une vingtaine de femmes, des servantes, s’affairaient du mieux qu’elles pouvaient autour des deux pieds et sept doigts de pied qui lui restaient. La providence avait voulu que lors du règne de son oncle, Shimeshesh le miséricordieux, l’amputation des doigts de pied ne figure pas dans la constitution pénale califale d’Hakemeshâ. Hize Noghoudh avait néanmoins laissé les dix doigts de ses mains, excepté le majeur gauche, sur l’autel aux supplices du tonton flingu… hem hacheur.

Dès lors, il éprouvait une satisfaction personnelle à voir les membres subsistants être choyés et soignés. C’était même devenu son opium, sa raison de vivre… avec l’abatage des moutons pour la Cause, bien entendu. Il est également inutile de préciser qu’il détestait être dérangé ou même surpris durant ces quelques six heures de lavage, massage, limage, maquillage et parfum.


- làààà comme ça, trrrrrris bien, Chiquita !
ci fou ci qui ji adorrrre ça !
hmmm… ji…


- …HIZE NOGHOUDH, LEVE-TOI ET MARCHE !

Ce qui devait arriver arriva. Le calife se redressa sur son tas de coussins et chassa la nuée de domestiques. Il s’apprêtait à bondir sur l’insolent, mais cette forte voix caverneuse qui résonnait, et drôlement, il l’avait perçue à l’intérieur de sa propre tête. Comprenant qu’il avait affaire à une entité supérieure, il répondit sur le ton de la plainte :

- Ji peux pas, li virrrrnis li est encorrrrre en trrrrain di sicher !

Dans la tête du pauvre calife, la voix réprima un rire. A observer ce ridicule petit bonhomme, l’entité en perdit toute sa contenance, tout son sérieux et par la même, tous ses artifices vocaux.

- Bon, bon, ça ira comme ça, hein… tant que tu écoutes ce que j’ai à te dire. Et ne m’interrompt pas !
Tu es l’élu Hize Noghoudh !

Hize Noghoudh sentit tout à coup une légère douleur lanciner son cuir chevelu. L’entité dans sa tête faisait des efforts, bien évidemment, surhumains pour retenir un fou-rire naissant.

- Je suis l’entité du Bélier, l’un des douze signes du Zodiaque. Nous autres signes du Zodiaque, comment dire… ben voilà on est tous fous amoureux de la Vierge. Je sais ça va te paraître bizarre, chez nous la polygamie va, comment dire… dans l’autre sens. Enfin bon, ce stupide Sagittaire a voulu organiser une joute pour la main de la jeune pucelle… c’est pas une flèche, ce gars-là, franchement !
Du coup on s’est tous retrouvé à chercher un représentant sur Meyriin pour faire le sale boulot à notre place. Bon ça tu connais hein.


L’entité semblait maintenant presque gênée de ce qu’elle avait à avouer. Depuis que le mot « Bélier » avait été prononcé dans sa tête, le calife, grand chasseur de Mouton devant l’éternel, s’était figé en une expression toute contraire à la bienveillance : le chef légèrement incliné, crispé sur un cou dont les veines saillantes palpitaient, le souffle court et les yeux injectés de sang.

- Hem voilà… il se trouve que mon représentant, ce sera toi. Ben oui, quoi ! tire pas cette tête… j’ai fais un pari… on avait picolé avec le Verseau. On était bourré… Ahaha !

Mais le calife n’avait toujours pas la moindre envie de suivre le rire, pourtant communicatif, de l’entité. D’un coup sec, Hize Noghoudh se redressa. Hésitant à frapper son crâne contre un mur pour annihiler cette voix de « Bélier » qui le souillait, le Mirifique finit par clamer avec un léger tremblement mais tout aussi fort que son interlocuteur invisible :

- Mais c’i pas possible ça !
C’i pas possible ! pas possible ça ! Dipuis li hiverrrrr 54 qui ji combat li moutons pourrrrr li bienfait di li Cause ! Hiverrrrr 54 !


- Boha, entre nous, ces cornes, là sur ta tête… t’es certain de ne pas être un avatar du Bélier depuis le début ?

Résigné, le calife se renfrogna et répondit, le rouge aux joues :

- Infidèle ! Ti vas pas ti occuper di mi prrrroblimes matrrrrimoniaux maintinant !

************

Ainsi, après s’être libéré de l’esprit qui le tourmentait à grand renfort d’insultes exotiques, Hize Noghoudh se mit en quête dans l’espoir d’alléger le fardeau qui était, à présent le sien. Le chemin menant à la forêt de Magdalena le conduisit aux abords du grand royaume de Legérith.
Un étrange béret ainsi qu’une longue pèlerine pour tous attributs, le calife alla donc chercher assistance chez la grande Dame Suthiel, sa voisine. Lui priant de partager avec lui son funeste sort, Hize Noghoudh proposa de distribuer le Bélier en parts égales :


- Collier?
- Je suis preneuse.
- Ipaule?
...D’iccorrrrd, ji prrrrrends.
Poitrrrrine?

- C’est pour moi.
- Côtilettes?
- Passe-les moi !
- Bon, li selle i li gigot, ji m’en occupe.
Li rrrreste li abats…

- I do, I do, I do, I do, I do !
- Quoi ?
- Heu ben je les prends, quoi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pacte-secret.superforum.fr
Nienna
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 538
Age : 33
Localisation : Saralindë, Nivalis
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Les pierres célestes   Lun 26 Fév - 23:08

Posté par Dame Nature (Fawkes):

Le soleil, comme à son habitude, perdait de l'altitude, donnant à la forêt de Magdalena ces tons rouges et or qui lui avaient valu son statut de forêt interdite. Les indigènes, voyant ces feux illuminer les arbres sans pour autant les brûler, avaient immédiatement vu dans ce miracle l'intervention des dieux. On disait également que tout personne qui entrait dans la forêt n'en ressortait pas, ou du moins pas vivante.
Chaque soir, la forêt bruissait de mille bruits, comme un concert accompagnant le spectacle lumineux. Les animaux, sauvegardés de la bêtise humaine, ne vivaient qu'avec une seule contrainte : la grande pyramide alimentaire. Ils semblaient accompagner le crépuscule de leur chant, sans crainte aucune, un peu comme s'ils suppliaient le soleil de revenir le lendemain les éclairer de ses bienfaits.

Ce soir là, pourtant, tout fut différent. Ou presque.
Le soleil descendit bien sous l'horizon, les chants retentirent bien pour l'accompagner, le spectacle son et lumière était parfait.
Pourtant, ce soir-là, le concert ne prit pas fin comme c'était prévu. Aucun indigène ne serait resté près de la lisière de la forêt de Magdalena au crépuscule, et personne ne put donc le remarquer, mais les animaux semblaient vouloir prolonger leurs discussions ce soir-là. En effet, la présence à la lisière de plusieurs des avatars des signes zodiacaux était le sujet passionnant du jour.
Peut-être avaient-ils l'intention de s'aventurer dans la forêt. Et, au vu de leur organisation, s'y aventureraient-ils chacun de leur côté.
La faune et la flore l'espéraient fortement. Cela promettait la plus grande partie de rigolade depuis quelques lunes. Le grand chêne, sage parmi les sages, signala que tout le monde devrait être en forme le lendemain et, comme par magie, tous les animaux se turent.
Après quelques minutes de silence complet, un loup hurla à la lune, un hurlement à vous glacer le sang, rapidement repris par toute la meute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pacte-secret.superforum.fr
Nienna
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 538
Age : 33
Localisation : Saralindë, Nivalis
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Les pierres célestes   Lun 26 Fév - 23:09

Posté par Bès, comte fou de Malkavian:

La proposition du Sagittaire avait fait sourire la Balance. Cette idée de concours en utilisant des avatars n'était pas très juste, mais elle aurait sûrement le don de l'amuser.
Encore faudrait il que la Balance se décide à y participer. Non pas que la Vierge n'est aucun intérêt, bien au contraire, mais la Balance comprend tout à fait que la Vierge ne choisisse personne.
Cela serait injuste et irait contre l'ordre des choses.

"Mais d'un autre côté, je ne peux pas rater cet évènement...
Un concours entre 11 signes ne serait plus un concours du zodiaque.
Et puis si jamais la Vierge choisie finalement quelqu'un il vaut mieux que je sois présent pour lui laisser la possibilité de faire le juste choix.
"

Après plusieurs minutes de réflexion la Balance pris sa décision.

"J'en serais ! Il faut maintenant que je trouve un représentant."

Pour éviter de perdre un temps précieux sur le choix du lieu, la Balance utilisa un dé à 6 faces.
Il s'immobilisa montrant un point noir seul au centre du carré blanc, Nyleria.

S'approchant de sa Juste balance, le signe "déposa" sur le plateau de gauche ce qu'il cherchait.
Justice, équité, équilibre, tolérance.
Mais la Juste balance a ce pouvoir de prendre plus que ce que les gens veulent et d'aller chercher au fond des choses pour trouver la réponse la plus juste.
A ce sens exacerbé de la justice et de l'équilibre, elle rajouta l'indécision, une force et une faiblesse alternée.

Petit à petit, le plateau de gauche remonta, celui de droite descendait, en faisant défiler de multiples visages.
Au moment de l'équilibre un visage trop blanc pour être vrai se figea au-dessus du plateau.

Il était délicat de savoir si la personne pleurait ou souriait. En effet, sur la bouche se dessinait un sourire et sous les yeux de fines larmes étaient figées.
La Balance identifia le masque appartenant à Bès, l'un des 4 bras de l'empereur DaneeL, la Justice.
Ils avaient déjà eu à faire ensemble, elle pourrait le convaincre de la justesse de cette mission.

Après de longue discussion, Bès accepta finalement la mission.
La Balance se reconnu dans l'indécision qui avait saisi l'homme et elle fut satisfaite de son choix.
Bès ne connaissant pas beaucoup Nivalis, la Balance lui fit don d'une boussole qui le guiderait lors des moments difficile.
Elle se refusa à lui faire d'autres présents, ne voulant pas trop avantager son avatar.
En tout temps il faut rester juste et équitable.

Mais il se faisait déjà tard, Bès devait se dépêcher pour atteindre la lisière de Magdalena.
Il se dit qu'il serait injuste d'arriver en retard, cela lui enleva toute gêne quand à l'utilisation de son portail de téléportation que l'empereur avait fait mettre en service chez ces administrateurs.
Il s'équipa donc de son épée, de sa tenu et de son sac pour voyage longue durée, de quelques fiole d'un breuvage étrange puis se dirigea vers la salle du portail.
Il le fit ouvrir vers celui de Nivalia et le traversa.

Il apparut dans le palais de l'empereur à Nivalis, utilisant les passages secrets, il sortit rapidement de la ville.
Ensuite, alors que la nuit était sur le point de toucher à ça fin, il engloutit rapidement la distance le séparant de la lisière.

Son arrivée fut annoncée par les hurlements d'une meute de loup. Le jour allait se lever, il allait devenir un moins que rien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pacte-secret.superforum.fr
Nienna
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 538
Age : 33
Localisation : Saralindë, Nivalis
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Les pierres célestes   Lun 26 Fév - 23:10

Posté par Dame Nature:

Le cycle immuable se poursuivait. A l'heure prescrite par les astronomes, le soleil, ponctuel comme à son habitude, darda ses rayons sur l'île de Nivalis. La lumière se répandait lentement sur les différents territoires de Nivalis, progressivement.
Comme à son habitude, la Nature saluait l'arrivée de ces bienfaits : les fleurs s'ouvraient, les insectes et animaux sortaient de leurs repères, les oiseaux reprennaient leurs chants, les nocturnes saluant les diurnes en les croisant sur le chemin du nid.
Onze dames et seigneurs, fiers et braves, attendaient patiemment que le soleil daigne se présenter à l'est, au-dessus de la lisière de la forêt de Magdalena. Ils avaient visiblement la ferme intention de s'y engager, quelles que fussent les légendes que les autochtones pouvaient raconter.
Jouant avec les nerfs de certains avatars, le soleil semblait prendre son temps, plus que d'habitude. Et, au moment où ses rayons allaient frapper leur visage, lançant ainsi la course, un nuage se prélassa dans le chemin, retardant encore un peu le moment fatidique.
Mais le soleil eut le dernier mot et, crevant le nuage peu sympathique et inconscient de l'enjeu, éblouit les jouteurs qui le regardaient un peu trop fixement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pacte-secret.superforum.fr
Nienna
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 538
Age : 33
Localisation : Saralindë, Nivalis
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Les pierres célestes   Lun 26 Fév - 23:11

Posté par Kamior d'Iben Nac Offen:

Kamior avait dormi du mieux qu'il avait pu, pressentant à chaque instant qu'un avatar zodiacal ne tente de l'égorger, il avait quasiment veillé, bien qu'entouré de huits loups eux aussi aux aguets. Il finit par tomber de sommeil alors que le jour changeait et, tandis qu'il dormait, deux des loups qui l'accompagnaient étaient partis à la chasse. Malgré l'obscurité, ces deux loups rapportèrent une dizaine de lapins qu'ils distribuèrent à la meute; à son réveil, Kamior avait deux carcasses de léporidés à ses pieds. Afin qu'il ait le temps de les manger et, éventuellement, de les faire cuire, les loups s'étaient surpris à le réveiller alors qu'il saurait son réveil brusque et violent. Heureusement pour eux, l'Humain stoppa son sabre sorti instantanément avant qu'il ne tranche le coup de celui qui l'avait remué. Comprenant bien vite que le soleil ne tarderait pas à se lever et qu'il faudrait faire honneur au signe du Cancer en étant de ceux arrivés devant la Vierge en premier, il se hâta de faire cuire les deux lapins, une fois qu'il les eût rapidement dépouillés de leurs fourrures. La demi-heure qui suivit fût marquée par la douce odeur de fumet qui s'échappait de l'endroit où Kamior cuisinait, tandis que ses loups se reposaient. Puis, la forêt commença à s'éveiller alors que le soleil pointait à peine. Kamior sortit de la forêt et se plaça à bonne distance de l'endroit qui lui avait servi de refuge pour la nuit: il gagnerait cette course, oui, mais il la gagnerait en partant comme tous les autres concurrents.

Ne sachant vraiment s'il devait se lier d'amitié avec l'un ou l'autre des seigneurs et paysans (ou tout autre ment être invoqué par les signes) en présence, Kamior préfèra ignorer leur présence. Il n'aurait besoin de personne pour gagner, et s'il fallait tous les tuer pour le faire, il le ferait. Néanmoins, il n'était pas du genre à porter le premier coup, encore moins de manière lâche aussi, si le Cancer lui ordonnait de massacrer ses compères, ils seraient dans les premiers informés dans l'exécution ou non de cet ordre, non pas parce qu'il frapperait, mais parce qu'ils leur feraient comprendre. De plus, il se gardait bien de montrer une quelconque intention hostile jusqu'à ce qu'un tel ordre soit donné, au cas où il pourrait former de nouvelles amitiés lui permettant d'étendre son empire.
Comme nombre des autres, il se mît en place, face à la forêt, ses loups l'entourant de sorte à ce qu'il forme un carré autour de leur maître. Le soleil était à présent assez haut pour que ses rayons donnent le départ, un nuage empêchait cependant les concurrents de s'élancer vers l'unique chemin de la forêt qui leur faisait face.
Jusqu'au dernier moment, la plaine recouverte d'une herbe tendre arbora un calme que les habitants lui connaissaient bien. Le vent faisait vibrer les jeunes pousses de plantes et aucun bruit de la capitale ou de la forêt ne parvenait à troubler cette douceur enivrante et cette fraîcheur qu'apportait la rosée matinale à la prairie.

Enfin, les rayons du soleil frappèrent le visage de Kamior qui se sentît investi d'une nouvelle énergie. Jusque là, la fatigue lui avait voilé les yeux et engourdi les muscles. A cet instant, la douceur des rayons lui parvenait comme une drogue nouvelle, extérieure à celle de son sang, et qui pourtant l'emplissait tout autant d'une incroyable vigueur.
Il s'élança à toute vitesse.

Son casque, pourtant bien ouvert, l'obligeait à tourner la tête pour voir ses compagnons avatars, aussi ne prêta-t-il aucune attention à leurs actions, il courait. Il courait vite, et simplement.
Alors qu'il imaginait les autres avatars, derrière lui, se bousculer pour emprunter l'unique chemin partant de la capitale vers la forêt, il souria en remerciant les Puants de son enfance, qui l'avaient emmené en leur forêt et lui avait appris à y vivre. Aussi, il s'enfonça dans la forêt en courant à travers les arbres et bosquets qu'il rencontrait sur sa route, en sachant qu'aucun danger ne l'y attendait.
Il se retourna et vît que ses loups suivaient, bien que difficilement, le rapide et agile semi-Hydre qui s'arrêta d'un coup.
Des bruits se faisaient entendre dans une clairière non loin, probablement un troupeau d'herbivores.

- "Miam"
pensa-t-il une seconde, avant de finalement se rappeler le pourquoi de sa présence. Il contourna le troupeau de sorte à ce que les loups ne les sentent pas; ainsi, il espèrait que ces derniers croient en la présence de sangliers, proie assez rare pour une meute qui prône la chasse sans risques quand elle sait qu'elle peut l'effectuer.

Au bout de deux heures de course effrénée, Kamior s'arrêta à nouveau, considérant que son avance était telle qu'il pouvait prendre dix minutes de pause. Le temps que son sang fasse plusieurs fois le trajet entre ses divers muscles et les guérissent de la fatigue et des courbatures qui les prenaient. Estimant qu'une course légère suffirait à maintenir l'avance qu'il avait sur ceux qui devraient se reposer plus longtemps que lui et plus régulièrement, il reprît la route en trottant, soufflant stratègiquement afin de ne pas avoir un quelconque souci de type "point de côté" qui le retarderait.
Se souvenant d'une des particularités des meutes de loups - cela faisait un moment qu'il ne les avait fréquenté, préfèrant la force brute des Ogres et des Géants pour envahir - il appliqua la technique du relais qu'ils utilisaient naturellement. L'un des loups prenait la tête de la meute qui, en file indienne, courait. Le loup en tête avait pour charge d'orienter le groupe dans la bonne direction, et surtout, d'ouvrir le chemin à travers les branches qui se plaçaient sur leur route. Quand celui en tête était fatigué, un autre prenait sa place pour ouvrir la voie et le premier rejoignait la file où les branches n'étaient qu'un souvenir et qu'elles ne retenaient personne.
C'est ainsi que, le soir venu, la meute était relativement peu fatiguée, chacun ayant effectué sa part de besogne, et qu'une petite piste avait été creusée à travers la forêt. Kamior ne savait ce qu'il en était des autres avatars, mais il savait que d'ici deux jours au maximum, sauf complications ou détours forcés, lui et ses loups sortiraient de la forêt.

La seule chose qu'il lui restait à savoir, était bien sûr de voir si la piste créée serait facile à poursuivre et si, à tout hasard, il rencontrait l'un des avatars sur sa route, et ce qu'il devrait faire si c'était le cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pacte-secret.superforum.fr
Nienna
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 538
Age : 33
Localisation : Saralindë, Nivalis
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Les pierres célestes   Lun 26 Fév - 23:12

Posté par Nienna de Saralindë:

Les terres de Saralindë était situées au coeur d'une forêt, non loin de celle de Magdalena, bien qu'un peu plus au nord. Nienna emprunta donc le chemin du nord de l'île, qu'elle connaissait depuis longtemps, pour se rendre sur le lieu du concours.
Elle coupa par les sous-bois humides de son royaume pour atteindre la lisière de la forêt, où elle passa la nuit sereinement, malgré les bruits étranges que l'on pouvait entendre. Aussi maudite soit-elle, ce n'était tout de même pas une forêt qui allait effrayer une Sylvanienne! Au contraire, elle n'aurait pu rêver meilleur choix pour débuter le concours: elle savait tout de la nature.

De drôles de questions qu'elle se posait troublèrent toutefois son sommeil... Pourquoi, par exemple, ses propres soldats Ents avaient-ils refusé catégoriquement de l'accompagner, même sous la menace? Pourquoi ses meilleurs Dragons avaient-ils décidé que s'ils devaient l'aider, ce serait à la sortie de Magdalena? Pourquoi les dryades qui, d'habitude, la suivaient partout, avaient-elles toutes comme par hasard disparu dans les sous-bois de Saralindë dès qu'elles avaient appris leur destination?
Il devait bien y avoir quelque mystère... Mais enfin, Magdalena restait une forêt, donc rien de bien méchant pour elle ou pour son peuple ne pouvait s'y cacher!
Très fachée, Nienna avait donc décidé de partir toute seule. Ne ressentant plus la faim depuis qu'elle avait découvert l'Huître Majestueuse, elle put prendre la route avec le strict minimum: sa longue cape noire, toujours destinée à la cacher aux yeux des autres, et serrée à la taille par la ceinture magique du Taureau, un long bâton de pélerin qui accessoirement pourrait lui servir d'arme, ou d'appui, si elle était fatiguée, un petit poignard accroché à chacune de ses hanches et un grand sac rempli d'herbes et d'ingrédients en tous genres, dont elle comptait user pour freiner la marche de ses compagnons, ou au contraire accélérer la sienne: elle avait retrouvé un vieux grimoire en cherchant le trésor de l'Huître dans son château, et avait bien l'intention de se servir des formules les plus intéressantes, comme "courir plus vite que le vent", "amener la pluie (et la neige, le soleil, le vent...)", "provoquer des vomissements et des flatulences", "faire sombrer dans un profond sommeil", "transformer en grenouille" (et "se" transformer en grenouille), "rendre fou amoureux" et bien d'autres encore, qui lui semblaient des sortilèges faciles d'exécutions, et pour lesquels elle ne risquait pas grand chose. Certains étaient inscrits dans une langue étrange qu'elle ne comprenait pas, d'autres réclamaient des ingrédients qu'elle ne possédait pas, d'autres encore, très dangereux, promettaient les tourments de l'enfer à ceux qui les jetaient s'ils n'étaient pas de grands sorciers... Novice, Nienna s'était dit qu'elle se contenterait des plus simples, cette quête ne justifiant tout de même pas de donner son âme au diable.

A son réveil, elle attendit donc sagement que le soleil se lève et s'enfonça dans la forêt maudite. Décidant de ne pas s'occuper des autres avatars pour le moment, elle chemina tranquillement, regardant les arbres, ramassant des plantes qui lui semblaient pouvoir présenter une utilité. Le chemin était bien tracé et régulier, le paysage était charmant. Vraiment, elle ne regrettait pas d'être venue.

_________________
Dame Nienna,
Tyran des forêts de Saralindë
Cheffe vénérée du Pacte secret de l'Huître Majestueuse
... Mais les vents me sont moins qu'à vous redoutables: je plie, et ne romps pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pacte-secret.superforum.fr
Nienna
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 538
Age : 33
Localisation : Saralindë, Nivalis
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Les pierres célestes   Lun 26 Fév - 23:13

Posté par Niabea Kjeldos de Cadrienia:

C’était finalement l’absence de bruits qui avait fini par faire sortir Niabea du monde des songes. Et, si Morphée l’avait certes généreusement accueilli, son installation nocturne avait été pour le moins… inconfortable. Il se releva, une main dans le dos et l’autre posé sur un arbre proche, et, doucement, déplia son corps. La morsure du froid nocturne l’avait poussé inconsciemment à prendre dans son sommeil une posture presque animale, et, ainsi roulé en boule, son corps était perclus de courbatures. Vous conviendrez qu’il ait de meilleur départ pour une aventure… mais c’est néanmoins avec plaisir que le jeune homme retrouva pour quelques instants la caresses chaleureuse du soleil.

Tout en époussetant ses vêtements il avisa non loin un cour d’eau à l’aspect engageant qui serpentait dans la plaine proche et s’enfonçait dans les ténèbres de la forêt. Le jeune ekarysien eut un sourire, et, sans perdre de temps – il n’avait pour le moment croiser aucun de ces concurrents et la situation le gênait quelque peu sans qu’il sache vraiment pourquoi – il plongea sa tête dans l’eau fraîche et vivifiante. De sa nuit sous l’arbre une multitude de brindilles et autres saletés s’étaient prises dans sa chevelure blanche et il se réveilla tout à fait en se frottant vigoureusement le cuir chevelu dans le courant. Si le temps ne lui avait pas fait défaut… il aurait avec plaisir profité un peu plus longtemps de l’ondée mais l’urgence était pour le moment de quitter cette mascarade ridicule. Des élus de dieux du zodiaque ? N’importe quoi… tout comme cette quête à laquelle il avait été convié bien malgré lui.

Torturant ses cheveux pour les sécher de son mieux Niabea leva les yeux vers les cieux ou, doucement, le soleil faisait son apparition. L’imposante forêt masquait l’horizon, empêchant le jeune homme de se faire une idée précise de l’heure… mais cela ne faisait pas plus d’une heure que le soleil c’était levé… Il ramassa ses affaires sans précipitation, que les autres se soient précipités dès les premiers rayons de l’aube ne l’étonnait guère. Après tout ils avaient pou leurs parts un réel objectif dans cette histoire… lui… ne cherchait qu’à s’éclipser. Et c’est avec plaisir qu’il constata que tous avaient levé le camp, l’abandonnant véritablement à son sort. Un grand sourire barra le visage du Tisseur.

- Et bien…, il se passa la main dans les cheveux pour y mettre un peu d’ordre, au moins voila un bon problème de résolu…

Il fit un simulacre de révérence.

- Amis avatars du zodiaque… Je vous salue bien bas et vous souhaite à tous bien de la réussite dans cette aventure… Pour ma part… Je rentre terriblement déçu chez moi… J’aurais taaaaant voulu gagner les faveurs de la belle…

Il pouffa tout seul avant de se rappeler qu’il était seul et que finalement ses tentatives n’avaient que lui pour public. Il soupira, Mystra seule savait quelle fin aurait cette aventure pour ces braves gens… mais finalement… lui s’en moquait éperdument. Il haussa les épaules, attrapa son baluchon et ceignit son épée, il était temps de rentrer à la maison.

CRAC !

Le jeune homme se retourna, un sourcil dressé en point d’interrogation. Ce bruit terrible venait de la forêt, mais que… Les arbres aux abords de la forêt s’effondrèrent soudainement laissant la place à une hideuse créature poilue aux dents longues, aiguisées comme deux poignards. Ses yeux scrutaient méchamment les environs à la recherche de la moindre trace de nourriture. Niabea eut un frisson et un filet de sueur coula dans son dos.

- Par Mystra… C’est…

La créature le repéra à ce moment précis, et, avec un cri perçant commença à avancer vers lui. Elle faisait plusieurs mètres de haut, le Tisseur ne recula pas et, rabattant sa cape mit la main à la garde de son épée.

- Un Hamster géant… Ce sera sans nul doute un terrible adversaire…

Le rongeur géant, hantise dans sa forme miniature des fermiers cadrieniens, n’était désormais plus qu’à une dizaine de mètres du jeune homme. Attendre la charge de la créature était un réel suicide, il sortit son épée et se jeta à l’assaut.

- Pour Kje…

Il s’arrêta aussitôt, coupé dans son élan par la vue de son arme. Ce qu’il avait cru être son épée n’était rien d’autre qu’un gigantesque épis de maïs. Il déglutit et leva les yeux juste à temps pour voir la patte énorme de la créature s’abattre sur lui. Mourir tuer par un hamster géant… le Tisseur avait rêvé d’une autre fin… mais il est rare de pouvoir la choisir. Il ferma les yeux, attendant le choc final.

- Haaaa !

Niabea se redressa, le corps recouvert d’une fine couche de sueur. Un rêve… tout cela n’avait été qu’un rêve… Le soleil n’était pas encore apparu dans le ciel de Nivalis et il soupira, étrangement soulagé. Son souffle était encore court et son cœur battait à en rompre. Il se passa la main sur le front et fut soulagé de constater qu’il n’avait pas de fièvre. Décidément… quelle idée de faire des rêves aussi stupides !

Il se demanda quelques instants comment il en était venu à rêver d’une telle créature lorsque ses yeux se posèrent sur la forêt. Cette fois son frisson fut bien réel. Magdalena était-elle la source de son malaise… ou… Il fit une nouvelle grimace. Non… Juste que son corps lui indiquait qu’il était temps de répondre à certains besoins. Dans la fraîcheur du matin et en terrain inconnu le jeune homme préféré prudemment prendre son équipement, léger certes mais bien utile, même pour s’éloigner de quelques pas. Le campement provisoire des avatars était encore endormi à part quelques servants vaquant ici et là à leurs occupations.

Il fit un signe de la main aux serviteurs du sagittaire pour les rassurer et fit quelques pas dans l’espoir de trouver l’endroit propice, loin des yeux de tous, puis encore quelques pas, l’esprit occupé, quand, soudain, un doute affreux l’étreignit. Il se retourna, regarda à droite puis à gauche : des arbres… partout. Il eut un gémissement.


- Non mais je rêve là… Je me suis perdu ?!

Il eut beau se pincer plusieurs fois… cette fois la réalité était encore plus ridicule que la fiction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pacte-secret.superforum.fr
Nienna
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 538
Age : 33
Localisation : Saralindë, Nivalis
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Les pierres célestes   Lun 26 Fév - 23:14

Posté par Tyrnis Arineox de Nécrynis:

Le Soleil se levait, et le représentant de l’assassin frémit, cela faisait longtemps, très longtemps, qu’il n’avait pas assisté à ce spectacle. Cependant, malgré la protection du Scorpion, il ne se sentait pas très bien, et sa tête commençait à lui tourner. Constatant que ses forces décroissaient rapidement à la lueur de l’astre du jour, alors que seule une infime parcelle de la peau blême de son visage y été exposée, Tyrnis rabattit sur lui sa capuche, frémissant en imaginant ce qu’il pourrait lui advenir s’il était encore à la surface à l’heure d’Apogée du Soleil. En y réfléchissant un peu, il se demanda, comment il avait pu imaginer un jour, dans un lointain passé, que ce spectacle était un tant soit peu "magnifique".

Le vampire vit la Dame de Saralindë s’éloigner vers le Nord, le mastodonte caparaçonné partir en courant, coupant à travers les bois, tandis que le servant du Sagittaire avait disparut. Il vérifia sa rapière de sang, l’antique rapière qui lui avait sauvé la vie plus d’une fois… Pleurant des larmes de sang, sur le sort funeste qui promit tôt ou tard à son actuel maître ? Ou sur le celui de son ancien porteur ? Se demanda t il une énième fois, avant de la rengainer. Tout étant en ordre, Tyrnis réajusta sa capuche, puis partit vers le Nord, s’enfonçant dans la forêt, auprès de l’ombre bienfaitrice…

Son sens particulièrement puissant de l’orientation, le guidait ainsi vers le directement qu’il pensait être l’Est, direction du Soleil levant si ses souvenir de la surface étaient bons. Il ne vit don pas attention, que le Soleil se trouvait à sa droite, alors que celui-ci venait de ce lever. Sûrement avait il oublié qu’avant de ce repérer parfaitement dans les obscur couloir de Nécrynis, il avait apprit par cœur la carte, et qu’il ne se perdait pas que dans le tiers de son royaume.

Ainsi, sans le savoir, il marchait vers le Nord. Direction que le Dame de Saralindë avait prise, le chemin était plutôt paisible, si ce n’étaient ces maudites branche d’arbres qui lui arrivait toujours en plein visage dès qu’il tournait la tête, et les perverses racines qui passaient leurs temps à lui faire des croche pattes. Très vite, il en eut la certitude toute la forêt était contre lui. Prit dans son délire paranoïaque, il imaginait déjà les autres avatar lui tendrent des pièges sur le parcours.

Après quelque heures de marche, le regard méfiant qui fixait conyinuellement les fourraits des alentour, d’où surgirait certainement un ennemi, le main droite posé sur sa rapière, et l’esprit embrumé par la lumière du Soleil. Le vampire crut voir, soudainement, un éclair blanc passer devant ses yeux. Il tendit la main vers sa rapière avant de remarquer que l'univers bougeait bizarrement : le ciel commençait à se renverser et la terre semblait lui sauter au visage. « Un tremblement de terre ? » Eut il le temps de penser, avant d’entrer en collision avec le sol. Le Soleil, malgré la protection du Scorpion venait de le frapper douloureusement, et il était là, effondré contre le sol, tentant désespérément de bouger. Après quelques efforts, il finit par réussir à ce poser contre un arbre, l’heure de midi approchait… Il ne pourrait sûrement pas bouger avant quelques temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pacte-secret.superforum.fr
Nienna
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 538
Age : 33
Localisation : Saralindë, Nivalis
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Les pierres célestes   Lun 26 Fév - 23:15

Posté par Aethollyn d'Elvyldor:

Alors que le soleil prenait le dessus sur la déesse brumeuse reignant aux abords de la forêt, ses rayons vinrent frapper l'armure de l'envoyé du Lion. On eut l'impression que celle ci s'embrasait. Elle était digne du signe zodiacal qui l'avait offerte : quelle prestance! Bon c'est sûr ça ne servait à rien à part à en mettre plein la vue. D'ailleurs à ce sujet le paladin avait du mal à garder les yeux ouverts les premières secondes. L'amour de soi est aveugle paraît-il. Cela fit le même effet sur l'étrange individu à sa gauche qui se retourna brusquement comme lorsqu'on a mis la main sur une braise cachée au milieu des Cendres. Aethollyn se pencha un peu, toujours les yeux fermés et ramassa un peu de terre que la rosée du matin avait rendue tendre, et badigeonna l'armure de la souillure terrestre qui lui fit perdre son éclat solaire. Sortant un pêtit mouchoir blanc de son gantelet metallique, il lustra seulement le lion et la licorne sur son plastron. Le voisin paru soulagé du fait de cette intervention. Les yeux noirs brillants le fixèrent un léger moment, puis s'égarèrent.

Aethollyn s'était réveillé quelque temps auparavant, il avait enfilé sa tunique et sa cotte de maille pour ensuite lacer les différents pans de son armure. Son heaume exagonal lui cachait totalement le visage à présent. On ne distinguait plus que ces yeux verts à travers les fentes prévues à cet effet. On aurait pu être impréssionné par l'homme de fer s'il n'avait pas de magnifiques traces de doigts sur le devant.


Feignant de ne pas voir les quelques imperfections de son accoutrement, il ceint son épée à une main dans son dos, nerveusement comme une lionne avant la chasse. Aethollyn aimait la manier avant chaque évènement. Sa légèreté et sa simplicité lui procurait une source d'apaisement. Il la faisait tourner autour de son poignet pour le dérouiller. Puis il se baissa pour attraper son écu dont il s'était servit pour faire sa couche, pour le placer sur son épée. Il le fixa fortement dans son dos pour éviter de le perdre en route. Les branches des arbres sont souvent traitres et décèlent toutes les faiblesses des noeuds parfois. L'amazone fit face à la forêt et tenta de pénétrer les ténèbres du regard. Quelques rayons de soleil laissaient distinguer des formes mouvantes. Décidemment ce lieu à traverser n'avait pas l'air si accueillant qu'il ne le parassait aux premiers abords. De toute façon, cela ne servait à rien de se fatiguer à traverser ce bois puisque des chemins avait été tracé et qu'il n'irait sûrement pas plus vite en prenant un chemin, certes droit, mais semé d'embûches. De plus, il lui fallait trouver un point d'eau, lac ou source, pour remplir sa gourde en peau qu'il avait fini en ralliant le lieu de rendez-vous.


Il était temps de partir désormais. Pourquoi ne pas faire le chemin pourvu d'un compagnon? La différence ne se ferait pas sur les premiers jours. Aethollyn était sûr de sa capacité à rattrapper un quelconque retard. Il était endurant. Il les prendrait de vitesse la forêt traversée. Ses concurents comprendront bientôt qu'ils devront toujours suivre une étrange lueur brillante devant, et cette lueur ce sera lui!


Il jeta un regard au reste du groupe diminué par plusieurs départs et se plaça devant Bès qu'il avait réveillé par ses jeux de lumière quelques minutes plus tôt. Le seigneur n'avait pas l'air d'être très vaillant. il ferait un très bon compagnon de route. Dès qu'il trainerait un peu, il se séparerait de lui pour ne pas être trop ralenti.

-"Je cherche un compagnon de route, voulez vous que nous avancions ensemble à travers cette forêt? J'emprunte les chemins, car cette forêt semble trop dangeureuse pour que l'on s'y aventure sans en connaître les secrets. Du moins c'est mon avis."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pacte-secret.superforum.fr
Nienna
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 538
Age : 33
Localisation : Saralindë, Nivalis
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Les pierres célestes   Lun 26 Fév - 23:18

Posté par Molok de Clark:

Duryan contourna la forêt. Après un formidable détour il arriva enfin au lieu dit. Son molosse était pour ainsi dire mort.
La course fut tellement intense que tous les muscles de la pauvre bête lui donnés une affreuse douleur.
Duryan souffla un instant. Ses yeux étaient rouge sang. La fatigue était tel qu'il s'assoupit. Malheureusement, les rayons lumineux éclairèrent le visage du seigneur.
Horreur et damnation, Duryan fut incapable de se réveiller et se retourna dos au rayon pour finir sa nuit.


Une bonne demi heure plus tard un oeil émergea d'un profond sommeil. Il était encore plus rouge qu’à son arrivé. Une tête affreuse sortie d'une motte de terre ramollie par la rosée du matin et sans doute par une quantité impressionnante de bave libérée par ce dernier.

Il se leva péniblement. Il avait fait un drôle de rêve. Sa tête était coincée dans un endroit très sombre et très étroit. Une odeur pestilentielle lui donné la nausée.

Ah ben !! J'ai la tête dans le .... Mais qu'es ce que cela pouvait être ?

Soudain un cri affreux donna des frissons à Duryan. Son molosse était en mauvaise posture.
En huit temps et quatorze mouvements il arriva sur les lieux. Un long filé de sang coulait le long du sol jusqu'a tacher ses mocassins acheter exprès pour l'occasion.
Une bandelette était accrochée dans le museau de la bête. Il examina cela de plus près et vit que le tissu était extrêmement ancien.


Quelqu'un derrière.... vite, Duryan sortie son petit poignard et se retourna. Face à lui un être aux mensurations des plus étrange se dressa. Il reconnu les bandelettes retrouvées plus tôt.
Il s'avança et poignarda ce qu'on pourrait appeler une momie.
Rien ne se produisait. Surpris Notre seigneur recula et renchérie. La momie avait esquivait le coup avec une grâce étonnante pour son état.
Cette dernière se retrouva au dos de Duryan et lui brisa la nuque.
Notre ami s'effondra.


L'être se leva et bredouilla une incantation des plus sombre.

Toi maître incontesté du ciel
Viens a moi signe immortel
Tué part ma main fut ton avatar
Viens a moi avant qu'il ne soit trop tard
De tes pouvoirs mon corps se orne
Viens a moi signe du capricorne

Un grand éclair transcenda le ciel et fustigea la momie. Molok avait emprisonné un signe. Il était de la course.
Son but était la vierge ?? Pas si sur.


Dernière édition par le Lun 26 Fév - 23:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pacte-secret.superforum.fr
Nienna
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 538
Age : 33
Localisation : Saralindë, Nivalis
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Les pierres célestes   Lun 26 Fév - 23:19

Posté par Enadijd d'Aryalc:

Le lendemain matin, je me levai avec les premiers rayons du soleil. J'étais frigorifié, mouillé par la rosée matinale. De plus, l'air était frais. La bise soufflait sur ma joue, et me glaçait le sang.

Les rayons du soleil me réchauffaient peu à peu. Le lever de soleil était magnifique, ses rayons ocres perçaient le feuillage de la forêt de Magdalena, ou du moins c'était ce que je pensais. Mon ventre gargouillait, la faim me prenait, mais j'étais déjà trop en retard pour m'arrêter et chercher quelque chose à me mettre sous la dent.

Il était temps pour moi d'endosser le masque de fer que le Gémeaux m'avait confié la veille. Maintenant je n'avais plus qu'à pénétrer dans la forêt. Je choisis de ne pas emprunter l'unique chemin tracé qui traversait la forêt mais plutôt d'aller au plus court et de progresser de manière droite à travers les arbres, les buissons et autres végétaux composant la flore de la forêt de Magdalena.

Le feuillage était plus que dense, la progression y était difficile. En plus, il y faisait presque nuit, et le soleil semblait avoir du mal à y progresser, tout comme moi. Après quelques heures de marche, la faim était devenue trop forte, et je me résolu à m'arrêter près d'un buisson pour chercher quelque chose à manger. Comme les environs n'avaient pas l'air de grouiller d'animaux, ma recherche se tourna plutôt vers les baies et les fruits. Assez vite, je parvins à trouver un mûrier des plus garnis ce qui suffit à ma rassasier pour le moment. Puis je me remis en route, le ventre plein, et je me mis à courir, car, ne sachant pas où les autres avatars en étaient, je ne devais pas prendre trop de retard.

Puis la nuit tomba, et je decidai de monter le bivouaque pour prendre un peu de repos. Même si étant donné les circonstances, il me fut difficile de trouver le sommeil car un sicaire ou un avatar peut à tout moment venir vous poignarder durant votre sommeil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pacte-secret.superforum.fr
Nienna
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 538
Age : 33
Localisation : Saralindë, Nivalis
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Les pierres célestes   Lun 26 Fév - 23:23

Posté par Dame Nature:

La forêt était fin prête. Pour elle, comme pour les concurrents, la nuit avait été agitée. Des pièges avaient été tendus un peu partout, des repérages avaient été effectués, des passages camouflés...
Peu avant le lever du soleil, tout était fin prêt.

* * * * * * * * * *


La Nature attendait donc paisiblement l'arrivée des avatars, annoncée pour quelques minutes plus tard. Et pourtant, peu avant le lever du soleil, le sagittaire se dirigea vers la forêt. Quel idée lui passait donc par la tête ? Il savait pourtant bien que la forêt devait lui refuser son accès avant le lever du soleil ! Si on le laissait entrer maintenant dans la forêt, il risquait de disparaitre à jamais, ce qui serait quand même bien dommage pour la suite des évènements et pour la partie de rigolade qui s'annonçait...
Tentant de le protéger aux regards des arbitres intersidéraux qui pourraient le disqualifier d'office, les arbres se positionnèrent lentement autour du sagittaire, l'enfermant à la lisière de la forêt et l'entourant d'un véritable mur de végétation.

- Non mais je rêve là… Je me suis perdu ?!

Le pauvre ! S'il savait ! Il n'avait pas bougé, seule la mousse avait été emmenée par les plantes de manière à ce qu'il reste immobile, tout en ayant l'impression d'avancer. Il était pourtant passé à deux doigts de comprendre, avec ces imbéciles qui lui faisaient de grands gestes... Quoique...
La flore ne comprit pas tout de suite pourquoi le sagittaire, après quelques hésitations, prit le parti de baisser ses chausses. Lorsqu'il s'accroupit, un des anciens poussa un cri et le sol sembla chuter d'un demi-mètre, envoyant valdinguer le sagittaire, le cul à l'air !
- Ah non ! Cela suffit, maintenant ! Je veux bien m'arranger pour qu'on puisse rigoler avec eux, mais hors de question qu'ils me chient dessus ! Je viens à peine de lisser mon feuillage, bon sang !
Le sagittaire prit peur et chercha à se couvrir, tandis que la lumière du soleil commençait à éclairer la scène. Cela parut apaiser les arbres, qui se tournèrent vers le soleil quelques instants. Niabea tenta de prendre la fuite, mais des branches le retinrent.
- Non, mon gars, maintenant que le soleil est là, on va rigoler un peu !
Et le sagittaire se retrouva perché au sommet d'un arbre, puis lancé d'un arbre à l'autre tandis que le groupe se dirigeait vers ce qui semblait être une clairière...

* * * * * * * * * *


Sur le chemin Nord, Tyrnis Aryneox somnolait au pied d'un arbre. Le soleil l'abrutissait plus qu'il n'acceptait de le reconnaitre. La sieste était une bien belle excuse, mais la Forêt n'avait pas dit son dernier mot.
Tandis qu'il se "reposait" ainsi, des murmures se déplaçaient autour de lui. Il ouvrit un oeil, cherchant à percevoir une présence, mais il n'y avait rien d'autre que de la végétation. Ce petit jeu dura près d'une heure, le scorpion commençant tout doucement à se demandait ce qui diable pouvait lui arriver.

Alors que le soleil commençait à décliner, une ombre jetée sur lui le fit ouvrir les yeux, plein d'espoir quant à la présence d'un nuage qui masquerait le soleil. Mais il ne put distinguer le ciel. A la place se trouvait une masse brunâtre, avec quelques reflets. Puis, ajustant son champ de vision, il commença à distinguer des poils, tandis qu'une coulée d'un liquide gluant lui atterrissait sur l'épaule...
Un Ours... Un bon dieu d'Ours ! Et quelle bête ! Elle devait bien faire quelques deux tonnes. Et, comble de malchance, elle était accompagnée de 3 autres bêtes, dont deux nettement plus petites, mais visiblement beaucoup plus intéressées par sa personne.

Le scorpion se glissa sur le côté, se dégageant du tronc qui semblait attirer le mâle, et tenta de s'échapper. Un des jeunes s'approcha de lui et se frotta contre son torse. Incommodé par cette présence, le scorpion dégaina son épée et porta un léger coup à la bête qui poussa un cri. Il n'en fallut pas plus pour que les parents s'aperçoivent de sa présence et ne décident de le charger... Tyrnis Aryneox prit donc le chemin à toute jambes, tentant de s'échapper.

* * * * * * * * * *


Nienna flânait dans les bois, à la recherche de plantes qui lui semblaient prometteuses. Après une brève halte pour faire l'inventaire de ses récoltes, elle se remit en chemin. Après deux ou trois plantes, elle entendit comme un roulement de tambour qui semblait venir de derrière elle. Elle retourna sur le sentier, histoire d'observer l'origine de ce bruit. Au bout d'un moment, elle remarqua un homme qui courrait vers elle. Il était couvert d'un sombre manteau et d'une capuche, ce qui dissimulait son visage. Peu de temps après, elle vit deux énormes bêtes brunes qui lui courraient après.
- Des ours ? Dans cette forêt ? Mais cela était impossible ! Ce n'est pas du tout leur habitat naturel, que se passe-t-il donc ?
Evitant de se poser des questions, Nienna se dirigea vers l'arbre le plus proche et grimpa prestement, rapidement suivie du scorpion. Les ours, suivis par leurs deux petits, évitèrent de justesse l'arbre. Ils se regroupèrent cependant autour et la femelle commença à pousser sur l'arbre, agitant ainsi la cime qui se balançait. Le scorpion et le Taureau se demandaient comment cela pourrait bien se terminer lorsqu'un craquement retentit.

* * * * * * * * * *


Au beau milieu de la forêt, tandis que le soir tombait, Kamior établissait son campement. Après un bref repas léger, il songeait à s'installer pour dormir quelques heures quand un cerf passa à la périphérie de son camp. Les loups, attirés par cette viande fraiche qui leur procurerait les forces nécessaires à la suite du périple, se mirent en chasse, bientôt suivis par Kamior qui espérait lui aussi se faire des réserves de viande de manière à éviter de perdre du temps lors de chasses les jours suivants.
Le cerf semblait fatigué, perdant et regagnant tour à tour du terrain sur la meute. De temps en temps, il disparaissait aux regards, lorsque la meute le rattrapait, et regagnait du terrain ensuite. Un oeil averti aurait pu distinguer quelques nuances de différence dans le coloris de sa robe, ou plutôt, vous l'aurez compris, de leurs robes. Les cerfs de la forêt, en effet, se relayaient, le précédent disparaissant dans un passage abrité tandis que le nouveau concurrent en sortait. Les arbres, laissant passer facilement le cerf, baissaient ensuite leurs branches pour lui permettre de garder un certain avantage.
Cette course dura près de 20 minutes quand, au détour d'un chemin, ils virent leur cible, "épuisée", se coucher à l'autre bout d'une clairière, devant un véritable mur de végétation. Les loups se regroupèrent et attendirent Kamior, lequel, membre adopté de la meute, devait participer à la curée.
Lorsque la meute s'engagea dans la clairière, Kamior eut le pressentiment que le sol n'était pas aussi stable qu'il semblait y paraitre, et que le mur de végétation semblait s'accrocher à une paroi.
Effectivement, la végétation recouvrant le sol s'effondra sous leurs pieds, tandis que le cerf se relevait sur sa plate forme au milieu de la paroi.
La meute se retrouva au fond d'une crevasse d'une dizaine de mètres, sans possibilité aucune de remonter les pentes. Par chance, le fond était tapissé de feuilles et personne ne fut blessé, à part un loup qui avait rebondi sur un rocher et avait le cou brisé.
La seule issue possible semblait être une caverne dans la paroi, vers laquelle se dirigea Kamior.

* * * * * * * * * *


Enadijd se réveilla au milieu de la nuit, saisi de crampes au ventre. Visiblement, les mûres devaient avoir mangé quelque chose. Ou plutôt, précisément, elles avaient été arrosées de quelque chose. La flore avait saupoudré divers fruits de jus d'autres plantes avec divers effets néfastes.
Ces crampes n'annonçaient rien de bon. Une bonne diarrhée, dans le meilleur des cas, un alitement d'une semaine dans le pire.
Le gémeaux (nom bien adapté à sa situation actuelle, par ailleurs) se mit au mieux pour passer le reste de la nuit. Au petit matin, il lui faudrait trouver un remède contre ses coliques de manière à reprendre la route au plus vite...

* * * * * * * * * *


Assis sur une plate forme au sommet de la paroi, les esprits de la Nature, Faune et Flore, regardaient les divers concurrents tenter de se sortir des situations dans lesquelles ils les avaient mis. Les paris allaient bon train, entre celui qui y resterait et celui qui s'en sortirait.
Même si, au fond d'eux-même, ils espéraient que tous s'en sortiraient.

Plus longtemps on les garderait en vie, plus longtemps on s'amuserait !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pacte-secret.superforum.fr
Nienna
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 538
Age : 33
Localisation : Saralindë, Nivalis
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Les pierres célestes   Lun 26 Fév - 23:24

Posté par Maya d'Apicula:

-C'est quand même pas possible ça. Deux heures ! Deux heures qu'on vole à une vitesse inégalée par nos pères et la Foret de Magdalena n'est toujours pas en vue. Le soleil va bientôt se lever ! Mince alors !
-Détrompez vous Dame Maya, J'aperçois la foret à l'horizon.

Freuhloon ne se trompait pas. C'était bien Magdalena qui était en vue. Malheureusement, les deux Azkenotes seraient quand même en retard : le soleil était maintenant levé. Elles arrivèrent donc cinq minutes en retard.
Remarquant que tous (ou presque) les autres candidats étaient déjà partis, elle décidèrent d'y aller de suite. Elles mangeraient en route, après tout, il y aurait sûrement assez de pollen à butiner.
Pendant près d'une demie heure, elles volèrent difficilement. La forêt était bien trop dense : leurs ailes prenaient des coups. Les conditions étaient vraiment difficiles. Maya eut alors une idée de génie :

-Et si on passait par dessus la forêt ? On volerait sûrement plus facilement...

Deux minutes plus tard, elles volaient au dessus de la cîme des arbres, sans soucis. Après quelques heures de vol, elles avaient déjà rattrapé leur retard sur les autres avatars du Zodiaque, qui semblaient tous pris au piège par la nature...
Des forces étaient à l'oeuvre, et elles n'aideraient pas les avatars à s'en sortir. "Enfin, pensa Maya, nous sommes au dessus de toute cette nature : que peut-il nous arriver ?

C'est à ce moment que.....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pacte-secret.superforum.fr
Nienna
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 538
Age : 33
Localisation : Saralindë, Nivalis
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Les pierres célestes   Lun 26 Fév - 23:25

Posté par Enadijd d'Aryalc:

Durant la nuit, j'eus beaucoup de mal à trouver le sommeil. J'étais angoissé à l'idée de dormir dans cette forêt qui semblait hostile à toute présence étrangère. Et quand je parvins enfin à trouver le sommeil, je fus saisi de terribles crampes d'estomac. Pendant tout le reste de la nuit, je me tordai de douleur en espérant que ces crampes finiraient par passer.


- .... je n'aurais peut-être pas du manger ses mûres... j'ai été bien naïf sur ce coup-là.


J'avais tout le loisir d'entendre les bruits de la faune envirronante, ce qui n'eut pas pour effet de me rassurer.

Le soleil montrait le bout de son nez alors que j'étais toujours par terre. Maintenant, en plus des crampes d'estomac incessantes, la diarrhée commença à faire des siennes. Je n'étais manifestement pas en état d'avancer, ou alors d'avancer très peu, car les forces me manquaient.

Vu que de toute façon, je ne trouverai aucun remède dans cette forêt qui m'avait rendu malade, il ne me restait plus qu'à attendre que cela passe, et comme je ne suis pas du genre à attendre les bras croisés, autant avancer un peu pour ne pas perdre trop de terrain sur les autres participants.

Après quelques minutes de marche lente, je vis deux silhouettes familières au loin. Je m'approchai en accélérant un peu le pas, tout est relatif! Mais arrivé sur place, il n'y avait personne. Je me dit que cela devait être encore un symptome de cette étrange maladie.

Puis je me remis en route, pas pour longtemps. Après quelques mètres, je me mis à éprouver une étrange sensation de vertige, puis une bouffée de chaleur.

- Qu'est-ce que...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pacte-secret.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les pierres célestes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les pierres célestes
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Jardins de Pierres Conservation de la pierre dans les parcs…ICOMOS-SFIIC
» thèse sur la dégradation des pierres par les sels solubles
» [Freeman, Pamela] Le langage des pierres - Tome 1: Le dit du sang
» Fausses Pierres
» Les pierres jaunes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Protecteurs du Pacte Secret :: Bibliothèque de l'antre :: Chasse aux perles-
Sauter vers: